NOS MEMBRES: LA FORCE DE LOCOMOTION

Nous vous communiquons notre passion pour l'entraînement via notre site web, notre page Facebook et les différents articles que nous publions. Notre mission: vous permettre d'intégrer pleinement l'entraînement à votre vie. Qui de mieux que nos membres pour vous parler d'entraînement, de motivation, de défi ? Vos histoires nous inspirent, donnent de l'élan et proposent des défis qui interpellent.

portrait de

VICKY RODRIGUE

34 ANS

PHARMACIENNE

PERFORMANCE: 2E PLACE CÔTÉ FÉMININ AU STUDIO - OPENS 2014

Vous êtes membre et vous n’avez jamais croisé Vicky? Vous devriez travailler votre assiduité! Elle s’entraîne de six à sept fois par semaine.

Même si son horaire de travail oscille souvent entre 50 et 60 h, qu'elle trouve du temps pour préparer et profiter de son mariage (son entraîneur - Nicolas - lui avait d’ailleurs concocté un petit entraînement «enterrement de vie de fille» pour joindre l’utile à l’agréable) et voyager. Vicky est certainement l’une des membres les plus assidues du Studio.

Pourtant, elle n’a pas le profil de la grande sportive. Petite, elle avoue être plutôt dodue. Elle ne développe pas d’atomes crochus avec le sport. De retour aux études, après un petit détour comme hygiéniste dentaire, elle commence à fréquenter la salle de sport de l’Université de Montréal. Elle y passe de temps en temps, pour garder la forme et décrocher du labeur étudiant en pharmacologie. Rien de trop sérieux à l’époque, mais un premier pas qui lui permet d’entrevoir l’apport que l’entraînement pourrait avoir dans sa vie. Elle termine en 2007 ses études, démarre sa nouvelle carrière de pharmacienne et déménage en 2009 près du Studio.

Le déclic se passe au Studio. Il n’y a pas d’événements ou de problèmes de santé qui viennent bousculer sa vie, rien de marquant à ce niveau. De fil en aiguille, petit à petit, sa passion se construit. Au départ, elle se lance dans la boxe (elle a un redoutable crochet!) et construit sa force, mais également une forme d'assurance tranquille.

Le CrossFit fait son entrée au Studio début 2012 et elle y saute à pieds joints. Elle enchaîne les séances de Fondation pour acquérir les bases et débute avec un petit forfait (8X/mois) et profite éventuellement d’un nombre de séances illimitées en optant pour un forfait avec entraînement personnel. Cette formule lui permet de perfectionner sa technique sous l’oeil vigilant de Nicolas principalement, mais également Éric et Patricia.

Les journées sont éreintantes dans une pharmacie en milieu hospitalier, debout la grande majorité du temps, en contact continu avec une clientèle qui n’a pas toujours le moral, ce milieu comporte bon nombre de défis. Cet environnement difficile lui apporte paradoxalement motivation et hargne à l'entraînement. Croiser constamment des gens assaillis par des problématiques de santé, la responsabilise par rapport à sa propre forme physique. En somme, elle se sent dans l’obligation de profiter des prouesses de son corps puisqu’elle a la chance d’être en santé.

Avec cette notion de devoir en arrière-pensée, elle s’entraîne à fond pour décrocher et refaire le plein d’énergie. Elle a aussi la chance de lier d’amitié avec plusieurs membres. Elle profite de ses passages au Studio pour socialiser et échanger. Ensuite vient le «rush», pour reprendre ses mots, la sensation de bien-être après avoir accompli un entraînement solide, demandant.

Après s’être classée deuxième du côté féminin au Studio lors des dernières Sélections CrossFit (CrossFit Opens) et dans le premier tiers des participantes à l’événement dans l’est du Canada, elle considère que le CrossFit lui a permis d’atteindre une forme physique alliant force et mobilité. Elle ne voit pas de contradiction entre femme et force: «La beauté féminine n’est pas seulement tributaire de la minceur. Il y a autre chose que d’être mince! » Elle est solide et droite. Ce corps durement travaillé, lui apporte une confiance accrue.

«LA BEAUTÉ FÉMININE N’EST PAS SEULEMENT TRIBUTAIRE DE LA MINCEUR. IL Y A AUTRE CHOSE QUE D’ÊTRE MINCE!»

Avec pas moins de six compétitions de type CrossFit dans les deux dernières années sous la ceinture, Vicky a complété son premier demi-marathon dimanche dernier et enchainera sur sa préparation pour le challenge CrossFit Force 5 qui aura lieu le 11 octobre où elle fera équipe avec son entraîneur, Nicolas.

Toujours modeste, Vicky s’interroge de la pertinence de faire un portrait sur elle. Il y a plusieurs raisons naturellement, mais la principale est simple: depuis le 1er janvier 2014: 213 entraînements enregistrés sur 267 jours calendriers dont on doit retrancher 30 jours puisqu’elle a eu la chance de s’éclipser pour un mois en juin pour son voyage de noces. Quand on parle d'intégrer l'entraînement à son style de vie, difficile de ne pas parler de Vicky!

portrait de

FRANÇOIS LAMBERT

46 ANS

ENTREPRENEUR | CONFÉRENCIER

PERFORMANCE: 4 MARATHONS SOUS LES 3 H

Pour François, l'entraînement fait partie d'un tout, d'une discipline qu'il s'est rapidement donnée dans la vie pour atteindre ses objectifs.

Entrepreneur de naissance, comme il aime le mentionner, les journées peuvent être très longues et manquer d'énergie n'est pas une option. Il tient donc à se maintenir en forme pour faire face à ses responsabilités en affaires, dans les médias et auprès de sa famille. L'entraînement lui permet de vieillir en beauté, en équilibre et il associe sa robuste santé aux efforts effectués au Studio.

On retient les mots «énergie» et «volonté» au contact de François. À preuve, il construit deux entreprises au début des années 2000, Aheeva et Atelka. Il les vend éventuellement et se concentre à sa passion: le démarrage d'entreprise en tant qu'ange-investisseur.

Comme jeune «retraité», à 46 ans, il est plus occupé que jamais, il publiait en mars dernier un livre: À prendre ou à laisser aux Éditions Transcontinental.

L'EXCUSE «TROP OCCUPÉ» NE FAIT CERTAINEMENT PAS PARTIE DU VOCABULAIRE DE FRANÇOIS QUAND ON PARLE ENTRAÎNEMENT. ON A PLUTÔT L'IMPRESSION QUE L'ENTRAÎNEMENT LUI PERMET D'ÊTRE TROP OCCUPÉ.

Il n'hésite pas à donner de son temps à des oeuvres de bienfaisance pour les jeunes auxquelles se rattache souvent une épreuve physique. Il participait ainsi en février au Triathlon Ste-Justine. Il est également impliqué dans le 24h Tremblant. Ces épreuves lui permettent d'associer son entraînement à des causes qui lui tiennent à coeur, une méthode infaillible pour demeurer motivé.

François utilise les services de nos entraîneurs-kinésologues deux fois par semaine. Il s'entraîne pour le prochain CEO Endurance Challenge 2014.

LIEN COMPLÉMENTAIRE:

Page Facebook - François Lambert

portrait de

SYLVIE LEROUX

54 ANS

TECHNICIENNE COORDINATION UdeM

PERFORMANCE: DEADLIFT À 225 LBS

Sylvie n'a pas froid aux yeux, elle aime bien sortir de sa zone de confort. Membre depuis septembre 2010, on peut dire qu'elle touche à tout; Locospin, CrossFit et dernièrement l'entraînement semi-personnel (ESP).

Elle ne se qualifie pas de grande sportive malgré une participation remarquée aux Jeux du Québec en volleyball plus jeune. Employée à l'Université de Montréal, elle profite des installations du Cepsum. Elle y fait un entraînement deux fois par semaine sans les résultats escomptés.

Le 12 janvier 2010, sa vie bascule. Son conjoint, Roger Gosselin, retraité de la Faculté de médecine, séjournait en Haïti à titre de consultant pour le Projet d'Appui au Renforcement des Capacités en gestion de la santé d'Haïti (PARC). Il est l'une des 200 000 victimes du tremblement de terre qui a dévasté le pays ce jour-là.

Impossible de ne pas être touché par ce récit. M. Gosselin était activement engagé depuis plusieurs années dans des projets de coopération internationale. Une histoire peu banale représente bien le personnage. Deux jours avant de quitter Montréal, il quadrille, avec Sylvie, la ville par un dimanche bien froid pour trouver la brosse à cirer parfaite pour un cireur de souliers croisé dans un voyage précédent à Haïti. La brosse du gaillard était bien usée et souffrait d'une calvitie avancée. M. Gosselin s'était bien promis de lui rapporter une brosse digne de ce nom. On peut présumer qu'il a cherché le cireur de souliers à son arrivée à l'hôtel Montana sans succès. L'hôtel Montana s'est effondré le jour de son arrivée et a fait au moins 200 victimes. La brosse a éventuellement été retrouvée dans les effets personnels de M. Gosselin.

La vie de Sylvie a donc basculé ce jour-là. Elle démontre une grande résilience. Elle fait son deuil. Elle se prend en main et le Studio vient bien humblement contribuer à sa reconstruction à partir de septembre 2010.

Pour elle, l'entraînement devient un outil de reconstruction physique et mentale. Elle avoue y mettre sa rage, sa colère dans le premier mois. Mais tranquillement, l'activité physique lui permet de prendre le dessus. L'effort permet à son esprit de se concentrer sur le moment présent. Il donne à l'esprit le répit mental bien nécessaire pour guérir.

POUR ELLE, L'ENTRAÎNEMENT DEVIENT UN OUTIL DE RECONSTRUCTION PHYSIQUE ET MENTALE.

Après un an au Studio, elle considère que l'entraînement est partie prenante de sa vie. Elle a, dans la foulée, changé ses habitudes alimentaires et stabilisé son poids. Il s'agissait d'un combat qu'elle n'avait pas encore gagné. Elle se donne assez rapidement comme objectif d’être à l’entraînement 4 h par semaine. Elle conserve cet objectif depuis, mais, il faut dire les choses comme elles sont, elle triche! Dans les faits, elle passe les portes du Studio tous les deux jours (elle a 550 visites depuis 2012) et engrange de 5 à 6 h d'entraînement par semaine en enchaînant souvent les séances de cours de groupe. Parfaitement! Elle s'amuse à «bonifier» sa séance Abdoflex avec une «petite» séance de Tabata derrière. Rien de moins!

Pendant sa période CrossFit, elle soulève des charges de 225 lb au soulevé de terre (deadlift). On l'a vue pousser un chariot sur la piste synthétique dans le cadre des séances en entraînement semi-personnel (ESP) avec la «minime» charge de 180 lb. Munie d'une grande énergie au quotidien, elle profite bien de la vie et de l'hiver québécois. Elle était bien contente dernièrement d'avoir testé son coup de patin pendant une bonne heure, à fière allure, sans même sourciller!

La communauté du Studio est également un morceau important pour elle. Une bonne ambiance, des gens divers, une belle famille en somme. Elle ne compte pas arrêter de tester ce que le Studio lui offre pour déjouer la monotonie, mais également pour mieux connaître ce qui lui fait plaisir à l'entraînement. L'entraînement lui a certes permis de se reconstruire, mais aujourd'hui l'entraînement est surtout source de plaisir. Selon elle, il ne faut surtout pas voir l'entraînement comme une corvée!

portrait de

MAXIME LANGLOIS

36 ANS

DESIGNER INDUSTRIEL

PERFORMANCE: 23.56 S AU 200 M

Maxime est employé sur le site du Studio, dans les Shops Angus. Pour s'entraîner, il descend les escaliers et entre par la porte arrière du Studio. Ce qu'il économise en énergie pour son déplacement, il l'investit en intensité dans sa préparation physique qu'il complète entre nos murs.

Comme consultant en design industriel chez Alto Design, Maxime n'a pas un horaire de travail de tout repos. Son employeur n'hésite pas cependant à lui donner une grande latitude dans l'organisation de son temps de travail pour lui permettre d'engranger pas moins de huit entraînements par semaine tout en facilitant ses déplacements dans l'année lors de sa participation à des compétitions de haut niveau.

Petit, Maxime est certainement sportif, basketball, soccer et plus. Véritable touche-à-tout, un peu plus vieux, il n'hésite pas à faire des sports plus «exotiques» tels que le ballon-balai, un sport tout à fait sous-estimé selon lui. Il enchaîne sur le football au collégial et commence vers l'âge de 30 ans à s'intéresser à des disciplines plus proches de l'athlétisme, course sur route, cross-country et duathlon.

Il a un véritable coup de coeur en 2011 pour les courtes distances et commence à orienter son entraînement vers le 60, 100 et 200 m. Depuis ses débuts dans le sport, l'aspect compétitif est un élément de motivation central. Il n'est pas là pour faire bonne figure, participer. Il veut se mesurer, s'améliorer constamment et être le meilleur à chaque course. Il n'y arrive pas toujours, mais son état d'esprit demeure guerrier. Avec ce caractère compétitif bien trempé, qui contraste avec sa personnalité de tous les jours, joviale et amiable, il a cette volonté sans équivoque de performer. À 36 ans, il est au sommet de sa forme!

IL N'EST PAS LÀ POUR FAIRE BONNE FIGURE, PARTICIPER. IL VEUT SE MESURER, S'AMÉLIORER CONSTAMMENT ET ÊTRE LE MEILLEUR À CHAQUE COURSE.

En novembre dernier, Maxime était finaliste au Gala Athletas organisé par la Fédération québécoise d'athlétisme. L'organisme soulignait ainsi l'excellence de ses performances. En 2014, il a le meilleur temps dans sa catégorie (masters 35-39 ans) au Canada avec 23.56 s sur le 200 m. Cette performance le place 19e au Québec toutes catégories confondues à exactement deux secondes du meilleur temps québécois de l'année à 21.56 s. La moyenne d'âge des participants s'étant classés devant lui au Québec: 25 ans! Il ne compte pas s'arrêter là, en 2014 il retirait 0.33 s de son meilleur temps, il compte bien se retrouver sous la barre des 23 s en 2015 pour ainsi se hisser parmi l'un des dix plus rapides coureurs sur le 200 m au Québec.

portrait de

MAGDALENA VALDES

36 ANS

CHIRURGIENNE

PERFORMANCE: NATATION NIVEAU NATIONAL

Magdalena est toujours tout sourire à son entrée au Studio. Pourtant les dernières cinq années de sa vie n'ont pas été de tout repos. On devrait trouver son nom à la définition de résilience dans le dictionnaire. L'entraînement et la forme physique sont de retour dans sa vie. Elle compte bien continuer à intégrer le tout pour maintenir son équilibre.

ON DEVRAIT TROUVER LE NOM DE MAGDALENA À LA DÉFINITION DE RÉSILIENCE DANS LE DICTIONNAIRE.

Originaire du Mexique, elle est chirurgienne généraliste quand en 2009, elle subit les foudres d'une méningite. Elle sera hospitalisée sur une longue période. Presque remise, le même virus cause une encéphalite et une deuxième hospitalisation s'en suit. Pendant un an et demi, elle cumule les problèmes de santé. Les séquelles sont importantes et nuisent à sa vision, sa mobilité. Elle doit cesser de travailler. Elle est dans un piètre état, les douze années d'études à un rythme effréné et un travail prenant lui ont fait perdre l'équilibre. Au moment où tout bascule, elle pèse 72 kg. Les différents traitements lui font prendre du poids. Elle atteint 140 kg.

Cet électrochoc «santé» lui fait réaliser l'importance de prendre soin d'elle et elle réévalue ses priorités. Dès lors, ses choix riment avec qualité de vie. Elle prend les choses au jour le jour et elle va amorcer un lent, mais impressionnant retour à la santé. Elle débute par le jogging en 2010. Elle s'appuie sur ses qualités athlétiques développées en natation. Plus jeune, elle pratique ce sport de façon compétitive dès l'âge de 8 ans, et ce jusqu'à l'âge de 20 ans où elle nage à un niveau national.

Elle déménage à Montréal en 2010 à la recherche d'une qualité de vie qu'elle n'arrive pas à trouver au Mexique. Elle apprend le Français en 2009, dès le moment où elle projette poser ses valises à Montréal. À son arrivée, elle décroche un emploi au Centre de Coordination de l'Institut de Cardiologie de Montréal sur le site des Shops Angus. Elle complète actuellement ses démarches auprès du Collège des Médecins du Québec pour revenir à la pratique médicale. Elle compte bien être en poste l'été prochain. Elle se concentrera sur la médecine sportive, alliant ses connaissances à ses anciens amours retrouvés.

En décembre 2013, elle visite le Studio et opte pour un forfait incluant entraînement privé et CrossFit. Elle profite bien des cours Essentrics au départ et s'initie au CrossFit. Elle améliore sa mobilité et sa posture et se débarrasse d'un inconfort causé par une scoliose avec les séances Essentrics. Elle continue d'ailleurs deux fois par semaine à faire ce cours devenu un incontournable pour elle. Elle complète son entraînement avec deux à trois séances de CrossFit par semaine et toutes les deux semaines, elle perfectionne sa technique avec Patricia - kinésiologue au Studio - en entraînement privé. Elle adore la variété des défis offerts par le CrossFit et l’appui moral offert par ses coéquipiers d'entraînement.

Elle est dans une forme resplendissante (70 kg). Elle ne garde aucune séquelle des évènements de 2009. Elle s'entraîne présentement pour faire son retour sur les bassins d'eau aux 15e Championnats du Monde FINA des Maîtres qui aura lieu à Montréal fin juillet.

On comprend mieux le sourire contagieux de Magdalena maintenant qu'on la connait un peu plus.

Bravo et bonne chance pour les Championnats!

portrait de

DAVID MAHEUX

35 ANS

GESTIONNAIRE

PERFORMANCE: 3'26" | 1 km - rameur

Le déclic vient avec la venue de son fils. Il souhaite être en meilleure forme pour partager du temps de qualité avec lui.

Il entame alors un entrainement cardio au travail, où une salle de mise en forme est disponible. Malheureusement, malgré une grande assiduité, cette formule ne porte pas fruit même après neuf mois. Un peu découragé, en juin 2013, il démarre l'entrainement au Studio.

HUIT MOIS PLUS TARD, IL A PERDU PAS MOINS DE 63 LBS EN PASSANT DE 378 LBS À 315 LBS. LA CLÉ DU SUCCÈS: L'INTENSITÉ!

Au lieu de s'entraîner en endurance comme il l'avait fait pendant des mois sans résultats. Son entraîneur, Hoang-Nam Vô-Lé (Nam pour les intimes), le bouscule et lui propose un entrainement HIIT (High Intensity Interval Training). Il développe graduellement son intensité avec l'aide de Nam.

Sa performance citée - 3'26"-1 km rameur - n'est que l'un des exemples de l'intensité que David peut mettre à l'entrainement. Avec cette performance, il occupe le tableau des records au Studio à seulement deux secondes du meilleur temps. Il a certainement ce record dans le viseur. Avis aux intéressés!

Au-delà de l'intensité, David a clairement démontré son engagement envers un mode vie intégrant pleinement l'entrainement avec une fréquence de plus de quatre visites par semaine. Parmi ces séances, deux de celles-ci sont supervisées par son entraîneur.

Un petit truc partagé par David: visualisez une récompense à l'atteinte d'un objectif. À l'atteinte du poids de 325 lbs, il a associé l'achat d'une paire de souliers d'entraînement. Au-delà de l'aspect purement matériel, de la gratification immédiate, ces souliers deviennent un rappel constant qu'il a réussi à passer un cap. À chaque entrainement il peut se raccrocher à cet accomplissement lorsque les choses sont plus difficiles simplement en regardant vers ses pieds.

LECTURE COMPLÉMENTAIRE:

L'intensité pour perdre plus de poids

portrait de

Mario Brin

Jouer
Fermer
Sélectionnez vos intérêts
  • L'Entrainement Général

  • Crossfit

  • L'Entrainement Personnel

  • Cours de groupe

  • Locospin (vélo stationnaire en groupe)

Valider
Merci

Merci de vous abonner à notre infolettre. N'hésitez pas à nous suggérer des sujets en communiquant avec nous à info@studiolocomotion.com