Vincent Dubé

Rédaction et entrevue réalisées par Christian Pilon, partenaire / Locomotion

Christian (C pour la suite): Tu rejoins ton ancien coéquipier des Redmen , Anthony Couturier qui est lui-même coach au Studio. Est-ce que les joueurs de football de McGill sont tous kinésiologues?

Vincent (V pour la suite): Non, mais sans rire, nous étions pas loin de six à un moment. Sur une équipe d’une cinquantaine de joueurs, c’est pas mal!

C: En effet! Il y a un lien à faire entre le football et la kinésiologie?

V: Probablement. Je sais que très rapidement on intègre l’entraînement en salle, qu’on est entouré de préparateurs physiques et de kinésiologues, même à la polyvalente. C’est certainement l’un des sports d’équipe où le nombre d’heures d’entraînement investi versus le nombre de matchs joués est le plus important. La culture est totalement tournée vers le Strength & Conditioning depuis que les collèges américains ont développé et utilisé cette formule dans les années ‘70. Si au départ, comme adolescent, on est attiré par le jeu, on se rend vite compte que l’entraînement est une partie importante, incontournable. On a intérêt à aimer! Le lien avec la kinésiologie se construit de façon plutôt naturelle selon moi. Dans mon cas, le bond vers ce domaine fut une évidence et aujourd’hui la discipline me passionne tout autant que le football.

C: Tu me parles de passion, de culture, j’ai l’impression que ce type d’entraînement fait partie de ton ADN?

V: Sans aucun doute! Et au Studio, je suis comme un poisson dans l’eau! Lors de ma première visite, j’ai plutôt eu l’impression d’être dans un gym à McGill côté équipement avec, en bonus, un local hors du commun. Pour l’ADN, j’en dois probablement une partie à ma mère qui a oeuvré dans le domaine de la promotion des bonnes habitudes de vie. Par ailleurs, bien que d’un point de vue personnel, je sois dans une phase où je mets mes efforts du côté de la dynamophilie, le Strength & Conditioning (mes proches vous le diront), n’est pas loin d’une religion. Je me suis toujours entraîné de cette façon et je considère qu’il s’agit de la méthode la plus efficace.

C: Pas un peu dangereux d’êtres dogmatiques? D’appliquer UNE technique à tous?

V: La première préoccupation du coach en Strength & Conditioning est la prévention des blessures. La deuxième: l’amélioration des performances. C’est dans cet ordre et dans cet ordre seulement que je fonctionne. Comme il est impossible d’améliorer ses performances, lorsque blessé, ça tombe naturellement sous le sens. Je me dois donc de respecter en tout temps les limites de mes clients en leur proposant des challenges qui permettent d’avancer. Ensuite, les équipements, les exercices, les modalités d’entraînement sont choisis dans une palette d’outils très large. Ils ont tous fait leurs preuves et la science a appuyé leur efficacité. Donc même, si j’ai une vision précise de l’entraînement (que j’assume complètement), je conserve un esprit critique, ouvert et j’adapte toutes les séances. Je me tiens le plus loin possible du « one size fits all ». Pour moi, c’est l’essence du Strength & Conditioning.

C: D’un point de vue pratique, tu réussis à faire embarquer tout le monde dans le bateau?

V: J’ai l’impression que je vais bien m’amuser avec les clients du Studio. Avec les équipements en place, veux, veux pas, ils ont une petite longueur d’avance dans le domaine. Ceci dit, je présume qu’il me faudra parfois convaincre. Je mets souvent sur la table les qualités que nous cherchons à développer tout en expliquant leur impact au quotidien ou dans les sports. Pour la nouvelle ou jeune maman, elle sait quand ajoutant du poids à son deadlift, elle va pouvoir encaisser le tacle affectueux de ses enfants qui courent vers elle, tout en les soulevant dans ses bras. Pour le joueur de hockey, il sait qu’en effectuant un travail d’agilité sur le turf, il pourra sortir du coin de la patinoire plus rapidement avec la rondelle. Quand les mots ne suffisent pas, j’ai quelques ruses en banque. Je n’en dis pas plus! L’interaction humaine est une autre facette de mon métier qui me passionne et j’adore convaincre en douceur. Quand un client me regarde avec un sourire en coin ou je peux détecter un: « Wow! Tu m’as eu! Je ne pensais pas vraiment y arriver! », je sais que je l’ai amené ailleurs, que j’ai fait une bonne job.

C: Dernière question, une question piège. Entre toi et Anthony, qui est le meilleur au football?

V: Il n’y a jamais eu de débat de ce côté. Je laisse les lecteurs venir me croiser au Studio. Je leur dirai à qui j’accorde ma préférence. S’ils n’ont pas déjà une petite idée! (rire!)

McGill  Soulevé de terre pas encore à 500 lb, mais ça devrait pas trop tarder.

McGill
Soulevé de terre pas encore à 500 lb, mais ça devrait pas trop tarder.

Alpes italiennes  Toujours bon de se dépayser.

Alpes italiennes
Toujours bon de se dépayser.

Le Massif, Petite-Rivière-Saint-François, Qc  Prêt pour la descente!

Le Massif, Petite-Rivière-Saint-François, Qc
Prêt pour la descente!

Stade Percival Molson  En action sur le plus beau terrain de football au Québec.

Stade Percival Molson
En action sur le plus beau terrain de football au Québec.


CARRE_VINCENT_EQUIPE_COACH.jpg

PLUS DE DÉtAILS SUR VINCENT

À l’adolescence, en pratiquant le football, il développe sa curiosité pour l’entraînement. Il comprend rapidement l’importance d’être bien encadré pour améliorer ses performances sur le terrain. Il occupe le poste de secondeur pour les Redmen de McGill lors de ses études universitaires.

En parallèle, il contribue, comme assistant, à la préparation physique de plusieurs équipes de l’université McGill (football, soccer, hockey et rugby) côté homme et femme. Il consolide ainsi ses connaissances en Strength & Conditioning auprès d’athlètes de haut niveau. Il utilise ce bagage pour offrir de bons défis à ses clients tout en demeurant d’une écoute irréprochable pour assurer un parcours de qualité.

Fort de sa carrière de sportif et de son expérience comme coach, il propose un entraînement exigeant tout en ayant en tête le long terme. Perdre quelques kilos est souvent un bon départ, mais impacter la vie des gens sur la durée est l’ultime récompense.

Vous pourrez le croiser dans les séances ATH du lundi 12h et 20h, du mercredi matin à 7h et du dimanche à 11h30 ainsi que dans les séances Métabolic du mercredi midi et du dimanche à 10h30. Pour le coaching privé, il est disponible en matinée et en soirée du lundi au jeudi ainsi que le dimanche.

N'hésitez pas à communiquer avec nous au Studio pour planifier une rencontre:

info@studiolocomotion.com ou 514.721.1817

ou encore à lui écrire directement:
vincent.dube@studiolocomotion.com.